30 ans du rachat de la SMSP, Ouaco est en fête !

Le beau temps était au rendez-vous en cette journée du 10 octobre 2020, date à laquelle la SMSP a choisi de fêter les 30 ans de son rachat par la SOFINOR à la Famille LAFLEUR, le 5 octobre 1990.

Le va-et-vient des sportifs et des organisateurs ont très tôt donné le ton au rythme de cette journée sportive et familiale. Les décorations très vives des stands avec leurs étalages des plantes, des fruits et légumes et des objets artisanaux ont contribué à une réelle ambiance de fête. Le mélange de bonnes odeurs de café, de brochettes ou autres ont excité l’appétit des visiteurs. Par ailleurs des produits du terroir tels que bougnas, salades de cerfs ou morceaux d’anguilles fumés ont captivé leur curiosité. Plus de 500 personnes se sont retrouvées à Ouaco pour prendre part à ces festivités incluant officiels, sportifs, organisateurs, volontaires dispatchés entre les postes de contrôle des trois parcours et le village, membres du personnel du groupe SMSP et de ses filiales NMC, KNS, COTRANSMINE et SNNC, ainsi que les exposants et le public.

Au programme de la journée : 3 parcours de course, une exposition relative à l’histoire de Ouaco avant 1990 et depuis 30 ans avec la SMSP, deux visites des bâtiments historiques du village de Ouaco, deux visites de la mine Ouazanghou et des ateliers et animations au village.

1. Côté Trail

Courses
Remise des prix

Dans une ambiance festive, les premiers concurrents au trail SMSP se sont rassemblés vers 6h00 du matin, incluant ceux qui sont arrivés la veille et qui ont campés sur place. Le village de Ouaco se réveille, abondé de monde, et les toutes dernières inscriptions ayant pu s’effectuer pour le premier départ à 7h00 du grand parcours de 30 kms.

Les autres concurrents du parcours de 13 kms remplissent les 3 cars de 50 places chacun, stationnés sur la place principale du village depuis l’aube, pour être emmenés vers le lieu de départ du parcours prévu sur mine.

Quant au départ du parcours familial de 5 kms qui regroupe 132 concurrents incluant enfants parents et/ou accompagnateurs, il a été donné à 8h00. Tous les participants de ce parcours ont participé au reboisement d’un site identifié au village de Ouaco. Chaque concurrent, quel que soit son âge, a planté son arbre.

Plusieurs prix ont été décidés pour les participants femmes et hommes aux deux grandes courses du trail, notamment des sculptures, des paniers de légumes/fruits et des livres de Ouaco. Pour le parcours familial, les prix ont été effectués par tirage au sort des numéros de dossard. Les remises de prix ont débuté à 12h30. Par ordre d’arrivée, les trois premiers lauréats du Grand Raid 30 kms sont : Antoine GUYONNEAU (temps d’arrivée 03:57:24), Tanguy LAPOINTE (04:34:32) et Ronan POULIQUEN (04:36:46). Quant aux lauréats du Mini Raid 13 kms : Henrick RIEU (01:59:40), Alan TEINBOANOU (01:59:40) et Benjamin DOCKES (01:59:41).

2. Gestes coutumiers

Deux gestes coutumiers ont été prévus au programme. Les premiers échanges coutumiers ont eu lieu la veille, le vendredi 9 octobre, entre les élus de la province Nord, les représentants coutumiers de Gomen, le centre minier de Ouaco, la SMSP et ses filiales, l’association PHOK et Challenge Organisation, en signe de bienvenue. A la suite de ces échanges, les participants ont planté deux arbres emblématiques, notamment un sapin et un cocotier qui porteront la marque des 30 ans de la SMSP-SOFINOR.

Une coutume de remerciement et d’au-revoir a été officiée le samedi en fin de journée envers les chefs et représentants des aires coutumières de Kaala-Gomen. Cette cérémonie a clôturé la partie officielle de l’évènement.

3. Côté des officiels

Le Président de la province Nord, Paul NEAOUTYINE, a fait le déplacement pour être présent à cette occasion, accompagné de plusieurs élus de la province Nord et membres du Conseil d’Administration de la SOFINOR/SMSP : notamment Joseph GOROMIDO, Président de la SOFINOR, Gérard POADJA, Sénateur de la République, Laurent NEMIA, Jean CREUGNET, Ivana BOUANOU, Nadia HEO, Elisabeth POMA et Patricia GOA. Par ailleurs, d’autres élus locaux étaient également présents notamment Joël BOATATE-KOLEKOLE, Maire de Voh, Lucien DOUYERE, Adjoint au maire de Kaala-Gomen, Jeamania PAETEN-WHAAP, Président du conseil coutumier de l’Aire Hoot ma Whaap, Rodrigue POYGNENA, Grand Chef de Kaala-Gomen, Hervé TEIN-TAOUVA ainsi que Gaston et Vincent JIZDNY respectivement Président d’honneur et Président de l’association PHOK.

4. Discours

Joseph GOROMIDO
Paul NEAOUTYINE
Karl THERBY
Vincent DOUYERE
Jeamania PAETEN-WHAAP
Gaston JIZDNY

Selon le Président de SOFINOR, Joseph GOROMIDO : « Le rachat, en 1990, de la SMSP par la SOFINOR, c’est l’ouverture du secteur du nickel au monde kanak. C’est la concrétisation d’un rêve qui consiste à permettre à nos populations de contrôler la ressource du pays et de ne plus se contenter de l’exporter aux profits d’intérêts étrangers. En tant que Président de la SOFINOR, mais aussi en tant qu’élus de la province et ancien maire de Koné, je ne peux que me féliciter de cette opération de rachat, 30 ans en arrière. Car qui sait ce que serait le pays aujourd’hui si le peuple kanak n’avait pu accéder à ce secteur de l’économie. Que serait la province Nord sans la SMSP. »

Le Président de la province Nord, Paul NEAOUTYINE, rappelle l’histoire de la SMSP. « Il y a 30 ans, la province Nord a fait l’acquisition de la SMSP avec le soutien de l’Etat dans le cadre des accords Matignon-Oudinot pour en faire un outil de rééquilibrage dans le domaine du nickel. Domaine dans lequel il n’y avait pas beaucoup de présence publique calédonienne, puisqu’Eramet et SLN étaient majoritairement détenus par l’état français. C’est à Matignon que Jacques LAFLEUR, alors Président de SMSP, s’est adressé à Jean-Marie TJIBAOU – « Pour permettre aux Kanak de rentrer dans le secteur du nickel, et par le biais de la province Nord, je vais céder la SMSP ». J’ai une pensée pour nos cadres qui sont partis le 28 novembre 2000. Nous les avons formés pour cette société depuis l’acquisition, pour porter la SMSP et en faire un opérateur de rééquilibrage et qui, par la valorisation du nickel, devait permettre une diversification économique. »

Karl THERBY, Directeur Général de la SMSP, a tenu à rendre hommage au travail accompli par André DANG depuis ces 30 dernières années. « C’est avec un immense plaisir et un grand respect que je voudrais adresser un mot de remerciement à André DANG, qui s’est battu et qui continue de se battre, envers et contre tous, pour faire de la SMSP ce qu’elle est aujourd’hui. Je lui rends un hommage particulier et lui témoigne mon immense respect par rapport à tout le travail qu’il a accompli pour ce groupe. Car n’oublions qu’en 1990, au moment du rachat par la SOFINOR, la SMSP comptait 120 employés et uniquement amodiateur de la SLN. Elle n’avait pas de domaine minier. Suite au rachat, il a fallu acquérir ce domaine minier. Pourquoi ? Pour devenir exportateur, premier exportateur calédonien. Bien que cela puisse paraître contraire à la doctrine aujourd’hui, mais c’était un passage obligatoire, pour se faire reconnaître et se faire connaître dans ce monde du nickel.

Ce passage obligé a permis au groupe de rentrer en contact avec les métallurgistes. Le premier c’est Falconbridge, pour le projet de l’usine du Nord. Un projet bien compliqué aux yeux de nombreux témoins qui se sont engagés et manifesté pour obtenir la ressource. Grâce à cette mobilisation, l’usine a pu voir le jour et a pu réaliser sa première coulée en 2013. Aujourd’hui, KNS c’est 510 milliards XPF de retombées. Tout le monde parle de la dette, pour s’industrialiser, il faut investir, pour investir il faut s’endetter.

Mais il faut aussi parler des retombées économiques. KNS représente aujourd’hui 1 000 employés dont 92% d’emplois locaux. L’usine a permis de former de nombreux jeunes calédoniens aux postes de superviseurs, d’ingénieurs, de directeurs. KNS fait également travailler 500 sous-traitants. Soit un total de 1 500 personnes qui y travaillent, fixés dans le Nord, permettant le rééquilibrage économique, fonction première de la SMSP.

La SMSP a aussi un modèle unique au monde de participation entre un aciériste coréen POSCO et le mineur calédonien en date de 2010. 14 ans après, 1 300 personnes travaillent pour ce groupe. L’usine en Corée a également apporté 10 milliards de dividendes, qui représentent la valeur ajoutée de la transformation de notre ressource naturelle, qui revient au pays.

30 ans après, la SMSP est le premier producteur de nickel métal avec plus de 70 000 tonnes et près de 3 000 salariés.

Ce résultat a été le fruit de sacrifices et des moments très difficiles. On n’oubliera pas d’honorer aujourd’hui ceux qui ont perdu la vie il y a 20 ans pour la réussite de cette entreprise. Leur mémoire est depuis cette date, tous les ans, honorée par les salariés du groupe. Ils ne seront jamais oubliés. Et cet évènement nous pousse à poursuivre nos efforts pour son développement. D’autres projets sont en cours, un projet d’usine offshore en Chine, dans laquelle la SMSP détient 51% du capital.

Je tiens enfin à remercier tous les coureurs et les participants à cet évènement, les partenaires, les exposants, le GIE province Nord et la direction culturelle de la province Nord pour leur soutien crucial dans l’organisation de cette journée, l’association PHOK, ainsi que tous les bénévoles et les salariés du groupe qui ont consacré beaucoup d’énergie à l’organisation de cette journée anniversaire. Un grand merci aux mairies de Kaala-Gomen et Voh et les coutumiers qui nous ont aidés et qui nous accompagnent encore aujourd’hui. Je veux remercier tous les salariés du groupe : KNS, NMC, COTRANSMINE et SNNC qui se mobilisent et forment une grande famille et qui font de la SMSP une société si particulière et si spéciale à laquelle on est tant attaché. »

Vincent DOUYERE, Adjoint au Maire de Kaala-Gomen : « Au lendemain de la poignée de mains historique entre Jean-Marie TJIBAOU et Jacques LAFLEUR, ce dernier vendit ses domaines miniers de la SMSP à la SOFINOR. Ce fut le premier geste qui a permis le rééquilibrage de la province Nord, et permis aux Kanak d’intégrer le monde économique minier. Le domaine économique de la SOFINOR, la SMSP est un outil indispensable au sein de la province Nord, qui exploite et fournit sa société consœur, l’usine en Corée, dont elle est l’actionnaire majoritaire. La SMSP, par le biais de ses filiales NMC et COTRANSMINE, fournit des emplois directs et à ses sous-traitants, rouleurs et responsables de chargement dans beaucoup de communes de la province Nord, comme pour Kaala-Gomen dont elle est le premier pourvoyeur d’emplois. Concernant la Mairie de Kaala-Gomen, la SMSP trouvera toujours un allié. Cet anniversaire est aussi celui de ceux et celles qui se sont engagés à vos côtés durant ces 30 années d’activité. Ce que je vous souhaite pour les 30 prochaines années et plus, c’est la réalisation de tous vos nouveaux projets dont le pays en a tant besoin. Longue Vie à la SMSP !!

Jeamania PAETEN-WHAAP, le Président du conseil coutumier de l’Aire Hoot Ma Whaap : « L’aire coutumière compte 17 chefferies et je tiens à rappeler que les chefs coutumiers, notamment ceux qui vivent à proximité des mines, ont également participé à la mise en place de ces outils économiques. C’est vrai que pour nous, la priorité c’est l’environnement. Mais il faut concilier cela et on a l’habitude de dire, ce que nous possédons appartient au pays. Mais en réalité ce n’est pas toujours évident. Mais nous les coutumiers on est là aussi pour faciliter le développement économique. Sommes-nous en respect avec nos valeurs ? Les liens à la terre ? à la montagne? Mais nous devons soutenir le développement économique de notre pays. C’est ça les défis auxquels nous sommes confrontés. Car nos préoccupations concernent les générations futures et nous devons travailler ensemble avec les sociétés telles que la SMSP pour l’avenir du pays.

Gaston JIZDNY, le président d’honneur de l’association PHOK (Patrimoine historique de Ouaco et de Kaala-Gomen) a tenu à rappeler l’importance de l’existence de cette association qui réunit, dans sa quête de gardien de la mémoire, ceux qui sont présents et ceux qui sont partis. « Nous sommes très heureux de vous voir tous rassemblés ici à Ouaco aujourd’hui, à l’occasion de cette fête d’anniversaire. Et nous sommes très fiers de vous présenter l’histoire de ce village à travers ses bâtiments qui renferment la vie de Ouaco telle qu’elle a été vécue. Merci à ceux qui ont contribué à l’organisation de cette journée. J’encourage les jeunes de Ouaco, et notamment le Chef de centre, de faire perdurer dans le temps, le partage et la conservation de la richesse du patrimoine historique de Ouaco, aux futures générations. »

5. Village historique de Ouaco

Visite du Village
Fresque
Exposition

Le parcours des bâtiments historiques commence à la villa de Direction et inclut le passage au dock (magasin Marcel) ; l’allée centrale du village avec les anecdotes de Gaston JIZDNY notamment sur les vestiges de l’école du village, ainsi que l’usine avec ses bâtiments annexes relatifs aux différentes étapes de production : l’abattage, la découpe et la transformation de la viande, la mise en conserve jusqu’à l’encaissage.

En effet, au-delà de la mine, le village de Ouaco était bien connu pour sa conserverie, qui entra en production en 1888 avec une capacité de production annuelle de 1 000 tonnes de conserve. A cette époque, elle avait tissé des liens internationaux, puisqu’elle exportait ses conserves vers la France métropolitaine (Ministère de la Guerre 30 000 conserves par an), vers les îles Wallis et Futuna et également vers les Nouvelles-Hébrides.

Le public était très satisfait de cette visite et souhaite que cette action se pérennise dans le temps afin de mettre en exergue le patrimoine historique de Ouaco. Cette activité a été assurée par Jean-Romaric NEA (Direction de la culture du province Nord) ; Gaston JIZDNY, Vincent JIZDNY et Josette KROMOWIRONO, respectivement Président d’honneur, Président et membre de l’association PHOK. Un grand remerciement à Vincent ITALIANO, un ancien enfant de Ouaco, présent parmi les visiteurs et qui a contribué aux compléments d’explications et de points de vue historique de Ouaco.

Will NERHO, plus connu sous son nom d’artiste « WillStyle l’artiste » est originaire de la tribu de Néaua à Houailou. Il a plusieurs cordes à son arc : artiste peintre, graffeur, illustrateur, pochoiriste ou encore linograveur. D’où tient-il ses talents d’artiste ? « J’ai un oncle qui est sculpteur. Mais depuis tout petit, j’aime la peinture. Entre 4 et 7 ans, je commençais et m’appliquais à colorier des parties en noir et blanc des livres de bandes dessinées telles Spirou, Spiderman ou autres. » WillStyle l’artiste, qui est suivi par de nombreux calédoniens, a généreusement accepté de faire une fresque sur les murs de l’ancienne usine, à la demande de Josée KONDOLO, secrétaire de l’association PHOK. « Cette fresque représente le développement chronologique des activités du village de Ouaco : l’élevage, la conserverie, le destin commun, la mine et la métallurgie. La fauche et le casse-tête représentent la poignée de mains entre Jacques LAFLEUR et Jean-Marie TJIBAOU », explique-t-il. Et l’usine, placée à un niveau surélevé ? « Les objectifs de la doctrine nickel, la transformation et mise en valeur de la ressource pour de meilleures retombées économiques », conclut-il.

Une exposition de photos et documents relatifs à l’histoire de Ouaco a été localisée dans la villa de la Direction. Elle couvre quatre différentes périodes de l’histoire de Ouaco et notamment : l’histoire de la conserverie, le télégraphe, l’époque de la famille Lafleur et l’histoire des 30 ans de la SMSP, société minière.

6. Visite de la mine Ouazanghou et le port de Téoudié

Deux visites ont été prévues : l’une avec un départ prévu à 9h00 le matin et l’autre départ prévu à 13h30, l’après-midi. David PENNEL, salarié du groupe ayant participé au parcours de 13 kms en matinée, a profité de l’occasion pour faire partie de la visite de l’après-midi. « Nous avons été très bien accueillis et pris en charge par le personnel de NMC. Même ceux qui ne s’étaient pas inscrits avaient la possibilité de participer à la visite, en occupant les places supplémentaires dans le car, ou en étant pris en charge par les 8 véhicules mis à disposition par NMC. Le parcours était bien, nous avons pu apercevoir des travaux de re-végétalisation, des équipements miniers, des engins miniers en opération etc. » Trois arrêts ont été programmés afin de permettre aux visiteurs d’avoir de beaux panoramas sur la mine Ouazanghou : deux sur mine, dont l’un sur un site d’exploitation avec présentation des différents équipements miniers et l’autre dans les nouveaux bureaux sur mine incluant une exposition des différentes étapes de l’exploitation.

La visite se conclut par une tournée sur le bord mer où les visiteurs ont pu, à partir d’une plateforme, visualiser l’ensemble du site de stockage et de séchage de minerai et suivre les opérations de chargement, notamment les va-et-vient des camions qui déversent leurs cargaisons, ainsi que ceux des remorqueurs entrainant les chalands chargés de minerai dans leur sillage vers le minéralier visible au large. Et David de conclure que « c’était une visite très intéressante et très réussie. Le personnel de NMC est très sympathique et très souriant. Ils sont très enthousiastes et fiers de nous montrer leur profession et leurs outils de travail ».

7. Côté des stands

Stands d'information
Exposants
Stands filiales

Au total, 28 stands incluant des stands d’information comme la découverte géologique, le Zéro Déchet, la DDEE consacrée aux consignes/lunch box ou ceux sur l’environnement, ont permis au public de se familiariser avec leurs produits.

Selon Matthieu DESESQUELLES de l’association AMETISTE : « Présentant une collection de roches et minéraux de la province Nord, nous avons eu la chance d’avoir beaucoup de monde venant de tout horizon : des familles venues spécialement pour le trail, des gens habitant dans la région et bien sûr des employés des mines environnantes. Toute la journée eurent lieu des échanges enrichissants avec nos visiteurs, certains plus intéressés par les minéralisations typiques des massifs miniers, d’autres par l’histoire géologique de la Nouvelle-Calédonie, et d’autres au contraire très intéressés de découvrir qu’il existait plein d’autres minéraux en dehors de la mine. L’organisation de cette journée s’est passée à merveille et nous sommes heureux d’avoir pu contribuer à cette grande fête en valorisant le patrimoine du Nord. »

Des stands destinés aux ateliers de couture, de tressage, de sculpture et d’exposition-vente ont offert dans leurs étalages des produits variés tels que des paniers tressés, des modèles de robes popinées, ou d’autres produits artisanaux locaux.

Les nombreux stands de nourriture ont permis à tous les participants de se restaurer sur place. « Dans notre stand, nous avons vendu du bougna servi dans des feuilles de coco tressées afin de respecter le thème zéro déchet. C’est la première fois que nous faisons cette démarche. Et comme boisson nous avons proposé du jus de fruit fait maison. Entre 11h00 et 14h00, nous avons tout vendu. Nous sommes très satisfaits », explique Marie-Danielle DOUI.

En termes de gestion de déchet, selon Yannick LE NOC, gérant d’Eco-cup, « le résultat en volume de poubelle, en nature des déchets qui ont été collectés (majorité de barquette carton) est sans contestation très visible car ils sont très peu nombreux. Je pense que les jalons sont posés pour que lors du prochain évènement SMSP, l’aspect « zéro déchet » et « réduction des déchets » sera suivi et respecté avec cette première expérience ».

Les 30 ans d’anniversaire de la SMSP, est aussi une occasion de rassembler toutes les filiales du groupe. Un grand stand a ainsi réuni les 4 filiales de la SMSP : NMC, SNNC, COTRANSMINE et KNS. Les visiteurs se sont intéressés aux activités spécifiques des sociétés du groupe. Grande nouveauté, la découverte par le public du Nord de l’usine SNNC, localisée en Corée du Sud, avec la présentation sur place de ses produits finis et semi-finis tels que le ferronickel et les scories. L’accueil des visiteurs a été assuré par Sybille POAOUTETA pour KNS, Christelle VERDIER et Jimmy GNAY pour COTRANSMINE, Byung-Ho LIM et Yeul-Ho LEE pour SNNC, Isabelle WABETE, Stéphanie MINE, Olivier HNIMINAU et Brigitte METUA pour NMC.